BARF, ration ménagère : abus de langage ?

BARF, ration ménagère : abus de langage ?

0 commentaires

La sémantique autour de l’alimentation des animaux de compagnie peut mener à de véritables casse-têtes pour les propriétaires dont la volonté n’est « que » d’arrêter les croquettes pour se tourner vers une alimentation moins transformée. On oppose alors deux grands mouvements que sont le BARF ou la ration ménagère, mais finalement, pourquoi ? 

TOUT EST RATION MÉNAGÈRE

Initialement, un régime ménager désignait une alimentation « faite maison ». Ce terme faisait donc référence à un mode d’alimentation qui s’opposait aux croquettes ou aux pâtées, donc à une alimentation industrielle. Malheureusement, les débuts de la ration ménagère n’ont pas été glorieux puisqu’il était commun de voir des gamelles composées d’un tiers de viande, un tiers de légumes et un tiers de féculents, avec un CMV en option.

C’est cette répartition qui lui vaut encore aujourd’hui sa réputation d’alimentation non adaptée, même si cela s’est nettement amélioré ces dernières années.

Ainsi, puisque le BARF tend vers le même objectif de nourrir avec des produits bruts, pourquoi ne pourrait-il pas être qualifié de ration ménagère puisqu’il s’agit par définition d’une alimentation « faite maison » ? Cela vient sans doute de l’imagine véhiculée depuis deux décennies visant à promouvoir le BARF comme un retour à la nature et à éloigner l’image domestique du chien. Ben oui, dans la nature, on ne cuisine pas avec amour pour son louveteau, on déchire de la carcasse avec lui. Tout n’est donc qu’une question de perspective, mais fondamentalement, tout est ration ménagère. 

EST-CE VRAIMENT IMPORTANT ?  

Dans la vie de tous les jours… vraiment, non.

Philosophiquement parlant, c’est une autre histoire. Tout dépend de quel côté on se place et de la pression que l’on met sur nous même pour répondre à des normes jusque dans l’alimentation de nos chiens. Il n’y a qu’à constater les invectives entre différents courants pour témoigner que choisir son camp c’est presque choisir son président de la république, façon meeting électoral pour convaincre que sa méthode est celle qui sauvera l’espèce d’une extinction certaine sur fond de guerre d’égo. S’ajoutent à cela les pro et les anti, qu’il s’agisse de légume, de féculents, de cuisson, menant à une considération binaire de la chose.

La nutrition devrait-elle vraiment donner l’image d’arènes où l’on se bat pour l’image en oubliant l’essentiel ?

Ah… l’essentiel. C’est presque triste de constater que tout le monde a le même but profond, mais se déchire sur la forme. L’essentiel est simple.

 

Que veulent les propriétaires ?

  • Un chien en bonne santé
  • Un chien avec un poil brillant
  • Une alimentation adaptée (oups, là encore, ce terme mène à débattre)
  • Une alimentation facile à préparer (aie, là encore, c’est subjectif)

Que veulent les professionnels ? 

  • Une alimentation équilibrée
  • Un animal en bonne santé

 OK, MAIS DU COUP, C’EST QUOI POUR TOI UNE RATION MÉNAGÈRE ?

Ce sont les attentes des propriétaires et des professionnels réunies. C’est une alimentation équilibrée, non transformée, avec des aliments bruts, préparés crus ou cuits par le propriétaire dans le but de maintenir un animal en bonne santé. Fastoche non ?

 Cette ration ménagère, elle peut être avec CMV, sans CMV, avec des os charnus et des abats ou sans. Qu’importe, tant que cette ration correspond au binôme qui va la recevoir. Elle doit convenir à l’animal et au propriétaire, car l’une des principales erreurs de tous ces mouvements divisés est bien d’oublier que ce n’est pas le chien qui va préparer sa gamelle, mais bien son propriétaire.

Un propriétaire pour qui la ration n’est pas adaptée, trop compliquée, mal comprise, au pire la suivra mal et mettra son chien en danger, au mieux du pire, il sera découragé et retournera aux croquettes. Dans tous les cas, nous avons un résultat contreproductif et à l’inverse de celui attendu. 

CONCLUSION

Détendons-nous sur la façon dont nous nommons l’alimentation de nos chiens. Une alimentation ménagère, qu’importe la façon dont elle est menée et dans quelle « sous-catégorie » elle se trouve, est une des meilleures options disponibles pour nos chiens. Ne laissons pas passer cette opportunité pour des querelles de vocabulaire.

Commentaires

No comments

Ecrire un commentaire
Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.